Comment mieux organiser sa saison de trail...

L'heure du bilan a sonné, les grands événements trail sont passés et pour beaucoup la fin d'été est synonyme de récupération, de coupure annuelle et de départ (tardif) en vacances… Il est temps de faire le point sur cette saison écoulé. Les temps forts, les choses qui ont marché, celles qui vous ont fait lever les bras sous une arche d'arrivée, celles qui vous ont permis d'avancer, de résister, de lutter, de partager, de profiter, de ressentir, de gagner, de vaincre, d'en terminer, d'aboutir, de boucler l'aventure…

 

Mais il faut aussi tirer le portrait forcément moins agréable de ce qui ne s'est pas déroulé comme prévu, les indésirables, les choses qui vous ont fais souffrir, qui vous ont meurtri, celles qui vous ont permis d'apprendre, celles pour lesquelles il faudra se relever, persévérer, continuer, améliorer, celles dont personne n'est fier est pourtant celles qui vous rendent plus fort… "Qui tombe, un jour se relève".

 

Pas facile d'analyser toute une saison, de passer en revue les moments clés, les passages importants et pourtant cette étape demeure cruciale pour bâtir les suivantes, ne pas retomber dans les erreurs déjà commises, développer d'autres capacités, devenir meilleur pour donner son meilleur… 

Transgrancanaria HG

Destination ailleurs

 

Après avoir fait le point sur la saison passée, il faut préparer la prochaine, en adéquation avec les objectifs choisis, respectant une progression logique. Préparez la saison à venir en ayant aussi une vision globale, sur 3, 4 ou 5 ans. Quelle course vous brancherait le plus ? Quelles seraient les étapes intermédiaires ? D'autant plus qu'aujourd'hui, la course commence dès les inscriptions, trouver le bon timing sur les serveurs bondés, réussir à bien s'inscrire en ligne, et encore faut-il posséder le bon nombre de points, de courses qualificatives ou le budget pour partir…

 

D'autres courses plus isolées, dont l'esprit est plutôt "passages aériens et D+" que "strass et paillettes"... Pas de feu d'artifices au départ, pas de salon international, rien que la montagne et vous, un moyen de se retrouver avec soi-même loin des hommes sandwichs et autres égéries de grandes marques, un rapport plus authentique, plus terre à terre, plus pure.

 

 

Essayez donc de construire le cheminement que vous voudriez prendre, comme une quête de quelque chose… Mais n'oubliez pas de sortir des sentiers battus, de laisser place à la rencontre de l'inattendu, une course, un stage, un entrainement imprévu, la découverte d'un nouveau massif, d'une nouvelle expérience...

Voyagez

 

Le trail est un formidable moyen de partage, de rencontre, un moyen de s'isoler, de découvrir, de tester… Le trail comme passion, c'est aimer l'aventure, le goût pour les choses simples, l'authenticité des personnes et la beauté des paysages.

 

Experimentez

  

Prenez le temps de découvrir, il existe autant de façons de courir qu'il n'y a de coureurs. Que ce soit dans vos entraînements, durant vos sorties en montagne, où bien ailleurs, testez-vous, expérimentez de nouvelles choses, vivez vos séances comme un défi, faîtes-vous plaisir.

Analysez

 

Prenez le temps de décortiquer chaque détail de votre objectif principal, de vous poser les bonnes questions. Comment vais-je en arriver là ? De quoi j'ai besoin, de quelles qualités ? Qu'est ce que je dois inclure / exclure de mon entrainement pour que cela fonctionne ?

 

Mesurez pour mieux orienter

 

Au commencement de votre saison, testez-vous, votre moteur, vos habiletés, afin de pouvoir chiffrer, calculer et mathématiser vos sensations. Pas besoin de dresser des profils aux courbes illisibles, d'utiliser des appareils ultra-coûteux, soyez juste logique. Trouvez le bon test pour mesurer la bonne qualité, simple, efficace et reproductible…

Ces mesures permettront de dresser le point de départ pour la suite des événements, vérifiez que les choses vont dans le bon sens, que la progression est là, bien qu'elle ne soit pas linéaire. Cela n'exclu pas de vous fier aussi à vos sensations, de laisser les outils de côtés pour mieux se focaliser sur votre ressenti. Nul ne vous connait mieux que vous…

 

Dressez la liste des habiletés à développer, les points à améliorer en corroborant les habiletés à posséder le jour J et celle que vous possédez aujourd'hui. 

Planifier pour mieux gérer

 

Les étapes précédentes passées, vous possédez tout ce dont vous avez besoin pour planifier votre saison, reste à remonter les manches, accrocher son tablier et se mettre à cuisiner. Oui l'entrainement c'est de la cuisine, rien d'illusoire, rien d'ésotérique. Une part de connaissances, une part de sensations, une part d'expériences. Je m'appui sur des savoirs scientifiques en me rapprochant des revues et auteurs reconnues, je me base sur ce que mon athlète ressens, j'utilise mon expérience pour faire face aux situations. Que ce soit dans la construction ou l'application, une approche globale est nécessaire, une remise en question indispensable.

Mettez sur papiers les grands axes de travails, l'évolution des charges, les phases importantes, les périodes de récupération, les séances clés, week-end chocs et autres compétitions intermédiaires. Dans chaque phases vous pouvez notez les séances clés, les spécificités des séances en terme d'allures, de vitesse, de gestion de la récup, de dénivelé. Cela vous permettra de tenir un cap, du moment où vous adaptez votre plan aux différentes contraintes et à vous-même, l'objectif de planification est atteint, la trame générale est posée, les spécificités de chaque blocs annotées.

 

Contrôler pour mieux avancer

 

L'adaptation est le fruit d'un processus complexe, nécessitant contraintes, récupération et progression des charges, mais aussi une alternance de la typologie des stress induits. D'où la nécessité de mesurer continuellement la progression, qui se trouve être non linéaire et comportant aussi des phases de régression essentielles au respect de l'intégrité de l'athlète. Quelques outils de mesure simples, efficaces et reconnus peuvent permettre d'établir un suivi net et relativement précis. D'après ce suivi vous pourrez (ré)adapter les charges, la typologie des contraintes.

 

Régresser pour mieux durer

 

C'est bien de performer, c'est encore mieux de réitérer. D'un point de vue de l'intégrité physique de l'athlète et dans un souci de santé et performance, il faut aussi apprendre à couper. Laisser le corps se reposer, se régénérer, laisser l'esprit se ressourcer. La saison est longue, le risque de blessures est élevé et plus encore lors des charges importantes. Laisser reposer le corps c'est aussi un moyen de réaliser d'autres choses. 

La planification de l'entrainement, un outil, un moyen et non un but

 

Vous aurez compris la nécessité d'établir un fil conducteur lors de votre saison de trail, une suite logique des choses afin d'optimiser la préparation et d'augmenter vos chances de réussite sur chaque objectifs. Mesurez tout en laissant aussi place aux sensations, un équilibre entre mathématisation et ressenti. D'expérience, maintenir un équilibre entre ces deux méthodologies semblent être un bon moyen d'assurer une progression tout en étant à l'écoute de son corps et dans le respect de soi-même, un bon moyen de profiter de chaque instants, de booster votre motivation et d'atteindre les objectifs fixés.

 


Du même thème...

Trail - Les spécificités de chaque formats

Trail ubaye salomon

Pourquoi et comment évaluer sa VMA Ascensionnelle ?

evaluer sa VMAA vitesse maximale aerobie ascensionnelle


Écrire commentaire

Commentaires: 0