Les événements à la loupe...

La Diag' : mon rêve de gosse

La Diagonale, c'est ce lion indomptable, ce cheval en furie, cet animal sauvage avec lequel pourtant vous rentrez dans la cage. C'est c'est ce -5°C au 30ème kilomètre et un 25°C au 50. C'est ce tas de roche, posé au milieu de l'océan formant l'une des îles les plus belles de la planète. Classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, l'île de la Réunion est un joyau pour les yeux, un enfer pour les quadri !

 

La Diagonale c'est avant tout une course historique. Pionnière dans l'histoire du Trail, elle a évoluée au fil des années, sans jamais quitter l'esprit qui la guide. Une ferveur populaire incomparable vous porte jusqu'au fameux stade de La Redoute,  point de délivrance de cette aventure unique. 

 

 

La Diagonale, c'est mon rêve de gosse, l'objectif que je rêve d'atteindre depuis des années, celui qui vit dans un coin de ma tête et qui me sort du lit pour me dire d'aller m’entraîner.

 

La Diagonale c'est cette course impossible, une aventure unique qui fait renaître l'animal endormi au plus profond de vous même. 

 

L'Echapée Belle 2018 : Un ultra a part

Un jour, une nuit et encore un jour a parcourir la montagne de Belledonne, un massif aussi sauvage que technique. Après plus d'un an de préparation pour cette course et l’expérience accumulée depuis quelques années additionnées à l'envie de donner le meilleur, on peut dire que cette Échappée Belle fût réussie. Au final, il me faut un peu plus de 32h pour rallier Vizille à Aiguebelle et enfin serrer dans mes mains la célèbre cloche du finisher celle dont j'ai temps rêvé.

Cette course, pour moi, dépasse bien plus le statut de compétition, elle a été une réelle aventure , une folie, un défi. Le défi de me bouger chaque jours pour aller m’entraîner et valider les étapes afin de réaliser une belle saison qui fut donc chapeautée par cette réussite en Belledonne.

 

145 kilomètres, 10 500m de dénivelé, certes amputée cette année de la croix de Belledonne, de l'Aigleton et du Moretan elle fut néanmoins à la hauteur de ce que j'espérais : un casse pipe pour les quadriceps, une patinoire pour les appuis et un bûcher pour l'attention... 32h durant lesquels il faut rester lucide à chaque instants sous peine de se retrouver 10m plus bas un genou, une cheville ou une vertèbre en moins... En voici donc le compte rendu, le pourquoi du comment, l'explication, la justification de ces heures passées dehors a faire ce que j'aime le plus : courir

L'UTMB 2017 ou la bataille pour le trône de fer !

jason schlarb utmb ultra trail du mont blanc

La fin d'été approche, pendant que certains s'acharnent à être fin prêt en vu du jour J pour la rentrée du petit, une ville toute entière vit un moment unique. Toute une ville, toute une communauté rassemblée autour d'une même passion, d'un même défi. Celui d'accompagner, de soutenir, de conquérir, de gagner, de finir, de ressentir, de jouer, de se plaire, de fanfaronner, de repousser ses limites, de les connaître, de bousculer les codes, de vivre une expérience unique… Celle d'être présent sur le sommet international du trail. L'Ultra Trail du Mont-Blanc (UTMB).

 Cette période folle durant laquelle s’enchaînent les ultras de fin de saison, celle où victoire rime avec terroir, celle pour laquelle chacun s'est entraîné durement. Du grand maigrelet vigneron au plus grand montagnard de l'histoire, du traileur citadin au plus expatriés des coureurs de steps, du traileur ultra-branché au coureur ultra-minimaliste, d'un américain arrogant au vosgien fier de sa mirabelle et de son sapin.